ElectionPlatformPageHeader2_FR

Impératif électoral de SoinsSantéCAN

PEC-Election

Paul-Émile Cloutier
Président et Chef de la direction

Rebâtir la santé : l’impératif national du Canada

SoinsSantéCAN réunit des organisations de santé du Canada et met en réseau leurs forces individuelles pour catalyser l’innovation de rupture qui se produit dans le domaine de la santé et la mettre à profit.

La santé n’a jamais été exposée à une force perturbatrice aussi grande que la COVID-19 et alors que le Canada cherche à sortir plus fort des défis que nous a lancés la pandémie, le renouvellement du système de soins de santé et celui de la recherche en santé seront les clés de notre réussite future.

C’est pourquoi SoinsSantéCAN et ses institutions membres des quatre coins du pays croient que les Canadiens, dans cette campagne électorale fédérale, veulent entendre les partis et les candidats parler de leur engagement à tracer la voie de l’avenir pour la santé.

Nous avons certaines idées, basées sur le point de vue et la vaste expérience de nos membres qui sont des intervenants de première ligne. Nous sommes également prêts à retrousser nos manches et à contribuer à l’avènement d’une nouvelle ère pour la santé canadienne, une ère qui reconnaît les leçons difficiles et parfois tragiques apprises de la pandémie et qui en tire les enseignements.

La nouvelle ère du Canada en matière de santé commence maintenant.

Nous représentons les

  • Hôpitaux
  • Instituts de recherche en santé
  • Autorités sanitaires
  • Associations canadiennes du secteur de la santé

Nos membres en chiffres

  • 800 000 employés
  • 60 000 bénévoles
  • 15 000 scientifiques
  • 60 000 chercheurs, employés et étudiants hautement spécialisés

Nos Demandes

– Cliquez sur les icônes pour passer à la section –

– 1 –

Intensifier la recherche en santé et le secteur des biosciences du Canada par un investissement constant et à long terme.

– 2 –

Élaborer une stratégie nationale de planification de la main-d’œuvre en santé.

– 3 –

Soutenir la réforme des soins aux personnes âgées par un financement dédié.

– 4 –

Mieux soutenir l’infrastructure du secteur de la santé, notamment en matière de santé numérique et de cybersécurité.

– 5 –

Agir maintenant pour moderniser le système de soins de santé du Canada.

1. S’engager à investir de manière constante et à long terme dans la recherche en santé et les biosciences.

L’enjeu

Les centres universitaires des sciences de la santé du Canada sont des entités indépendantes et autonomes et des moteurs de la croissance économique. Ils méritent d’être autorisés à concurrencer directement et sur un pied d’égalité avec d’autres secteurs pour l’obtention de subventions fédérales. Par ailleurs, les instituts de recherche en santé sont incapables d’être concurrentiels sur la scène mondiale en raison du sous-financement chronique du gouvernement fédéral. La capacité du Canada d’attirer et de retenir les talents s’en trouve dont réduite.

De tout temps, et pendant la pandémie, le financement est allé essentiellement aux universités et à l’industrie privée et non pas aux centres universitaires de santé (CUS) – c’est-à-dire les organisations de prestation de soins de santé et les instituts de recherche qui sont au centre de l’écosystème de la santé et des biosciences.

Pourquoi c’est important

  • Le plein potentiel des CUS et les avantages économiques du rôle vital qu’ils assument ne sont pas pleinement réalisés.
  • Avec des investissements appropriés, le secteur de la santé et des biosciences donnera au Canada un avantage concurrentiel.
  • Un écosystème de la recherche en santé solide est vital pour attirer et retenir les meilleurs talents, obtenir des investissements mondiaux et bâtir l’économie fondée sur les connaissances de l’avenir.

Nos attentes

  • Donner aux centres universitaires de la santé un accès direct au financement fédéral.
  • Accroître les investissements jusqu’au niveau équivalent à 2 pour cent de la dépense fédérale publique en santé (3,7 milliards $).
  • Fournir un financement de 103 millions $ sur deux ans pour soutenir des initiatives de recherche qui ont été touchées par la diminution des dons aux organismes de bienfaisance pendant la pandémie.
  • Accroître le financement pour mieux soutenir le réseau national d’essais cliniques afin de faire progresser les découvertes en sciences de la santé.

Portrait de la situation

La recherche en santé au Canada est à la fois un important moteur économique et un élément fondamental de l’amélioration des résultats en santé. Pourtant, il n’existe aucun plan de financement et d’investissement clair, cohérent et stratégique pour optimiser le secteur. Le potentiel du secteur de la recherche en milieu hospitalier du Canada continue d’être miné par des modèles de financement complexes et un accès inégal aux possibilités d’innovation et de financement fédérales.

Certaines sources de financement de la recherche, comme les organismes de bienfaisance en santé, ont connu une baisse substantielle des dons en raison de la COVID-19, ce qui les a obligés à réduire considérablement leurs investissements dans la recherche. La recherche canadienne en santé dépend grandement de l’investissement du secteur de la bienfaisance, cette source de financement couvrant près de 40 pour cent des coûts indirects de la recherche en santé.

Comment le Canada se compare en termes de % des dépenses fédérales en santé dédiées à la recherche en santé
ElectionAsksCoverArtboard1_FR

Sources: Tax Policy CentreAAASAIHWHM TreasuryICISIRSC

2. Élaborer une stratégie nationale de planification de la main-d’œuvre en santé.

L’enjeu

Le Canada ne compte pas suffisamment de travailleurs des soins de santé pour répondre à la demande actuelle et future du système de santé. Parmi les facteurs qui ont contribué à cette situation, mentionnons le manque de formation, les conditions de travail médiocres et la rémunération insuffisante.

Pourquoi c’est important

  • À la fin de 2020, les taux d’emplois vacants dans le domaine des soins de santé ont atteint un record; 100 300 postes étaient à pourvoir, soit une hausse de 56,9 % par rapport à 2019.
  • Les impacts de la pandémie, y compris l’augmentation du stress et de l’épuisement professionnel, ont amené bien des travailleurs de la santé à quitter le secteur et de nombreux autres disent qu’ils le quitteront une fois la pandémie terminée.
  • Depuis des dizaines d’années, le Canada s’efforce de résoudre les problèmes de main-d’œuvre en santé, notamment les pénuries de personnel et les taux élevés de problèmes de santé mentale.

Nos attentes

  • Créer un organisme de coordination national pour faciliter la normalisation de la collecte des données et la planification stratégique.
  • Élaborer et mettre en œuvre des plans pour la formation d’un plus grand nombre de travailleurs de la santé en sciences infirmières, en médecine familiale et en gériatrie.
  • Envisager d’élargir le champ d’exercice des professionnels de la santé en complément de services fournis par d’autres travailleurs de la santé.
  • Dans les situations d’urgence, collaborer avec les organismes de réglementation professionnelle pour permettre aux titulaires d’un permis d’exercice dans une province ou un territoire du Canada d’exercer dans une autre province ou un autre territoire.

Portrait de la situation

Au cours des derniers mois, les travailleurs des soins de santé ont parlé des niveaux de stress accrus, de l’anxiété, de la dépression et de l’épuisement professionnel auxquels ils sont confrontés. Des études menées dans le monde entier, y compris ici, au Canada, le confirment et montrent que ces problèmes étaient déjà présents avant la pandémie et qu’ils ont été exacerbés par celle-ci.

Selon Statistique Canada, plus des deux tiers de l’augmentation du nombre d’emplois vacants au Canada dans le dernier trimestre de 2020 étaient dans les domaines des soins de santé et de l’assistance sociale. Bien que réparties dans tous les sous-secteurs, ces augmentations étaient principalement dans les hôpitaux (+15 700) et dans les établissements de soins infirmiers et les établissements de soins pour bénéficiaires internes (+10 800).

Emplois vacants dans le secteur canadien des soins de santé et de l’assistance sociale
ElectionGraphicsHHR_FR

Source: Statistique Canada

3. Soutenir la réforme des soins aux personnes âgées par un financement dédié.

L’enjeu

Le Canada peine depuis longtemps à fournir des soins de grande qualité aux personnes âgées, faute d’une véritable approche stratégique. Par conséquent, partout au pays l’offre de services de soins à domicile ne suffit pas à répondre aux besoins. La COVID-19 a montré que les établissements de soins de longue durée n’étaient pas prêts à faire face à une telle pandémie après des années de négligence, de sous-financement et de manque de personnel. Comme il n’y a pas de normes de soins, la situation dans les établissements de soins de longue durée s’est détériorée, exposant les résidents et le personnel à la virulence du virus.

Pourquoi c’est important

Si le Canada continue de fermer les yeux sur les besoins et les défis de l’accès en temps opportun à des soins de grande qualité aux personnes âgées, au moment et à l’endroit où ils en ont besoin, nous risquons de continuer à mettre en péril la sécurité des populations les plus vulnérables du Canada. Cela se traduit par :

  • Une hausse des décès dans les centres de soins de longue durée et de piètres résultats en santé.
  • Une incapacité pour les personnes âgées de recevoir les soins à l’endroit et de la façon dont ils le désirent, c’est-à-dire, à leur domicile.
  • Trop de personnes âgées languissent à l’hôpital alors que les soins à domicile ou dans un établissement de soins de longue durée seraient plus efficaces et efficients.

Nos attentes

  • Combler les lacunes qui existent entre les services de soins à domicile et de soins de longue durée, notamment par des logements avec services de soutien.
  • Collaborer avec les provinces et les territoires pour élaborer et mettre en œuvre des normes nationales fondées sur des éléments probants pour les soins de longue durée et reliant le financement aux résultats.
  • Augmenter le financement des infrastructures pour moderniser les établissements de santé, comme les établissements de soins de longue durée, et améliorer leur efficacité énergétique et leur résilience face au climat et aux pandémies.
  • Soutenir les efforts visant à renforcer un modèle de soins fondé sur la communauté de pratique qui mobilise un réseau relié de prestataires qui se regroupent autour des patients pour offrir les bons services, à l’endroit approprié et au bon coût.

Portrait de la situation

Près de 70 pour cent des décès liés à la COVID-19 se sont produits dans des établissements de soins de longue durée.

Les gouvernements n’ont pas tiré parti des leçons apprises dans la première vague de la pandémie pour protéger les résidents et le personnel des établissements de soins de longue durée, de sorte que la deuxième vague a été encore plus désastreuse pour le système de soins de longue durée.

Au cours de la deuxième vague, un plus grand nombre de résidences pour personnes âgées ont connu des épidémies. Le nombre de résidents infectés par la COVID-19 a augmenté de 62 % et un plus grand nombre de résidents sont décédés (par rapport à la première vague).

La pandémie a imposé un lourd fardeau au personnel de première ligne des établissements de soins de longue durée et des maisons de retraite : plus de 23 000 employés infectés et 28 décès depuis le début de la première vague.

Décès dus à la COVID-19 dans les établissements de soins de santé et les maisons de retraite par 100 000 habitants pendant les première et deuxième vagues, par juridiction
ElectionAsksLTC_FR

Source: ICIS

4. Mieux soutenir l’infrastructure du secteur de la santé, notamment en matière de santé numérique et de cybersécurité.

L’enjeu

Le défaut du Canada de maintenir des investissements en capital adéquats dans ses installations de soins de santé nuit à notre environnement, a des incidences sur les soins aux patients et compromet gravement notre capacité de maintenir un système de santé innovant et technologiquement avancé.

Pourquoi c’est important

  • La pandémie a montré que les infrastructures de santé désuètes du Canada posent un risque pour la santé des Canadiens, y compris dans les soins de longue durée où de nombreux établissements ne peuvent même pas se conformer aux protocoles de prévention et de contrôle des infections.
  • En 2019, les soins virtuels ont permis aux Canadiens et à l’économie d’épargner 11,5 millions d’heures du seul fait que les gens n’avaient pas à s’absenter du travail pour se rendre à des rendez-vous en personne. Ils ont également entraîné une réduction des émissions de CO2 de 120 000 tonnes métriques.
  • Si 50 % des visites de soins primaires s’effectuaient en mode virtuel au Canada, on prévoit que les économies annuelles s’établiraient à 103 millions d’heures pour les Canadiens et l’économie, en plus de réduire de 325 000 tonnes métriques les émissions de CO2.

Nos attentes

  • Le Canada doit accélérer les efforts pour mettre en place une infrastructure de santé numérique et renforcer la cybersécurité afin de rationaliser le système de santé, de soutenir les soins virtuels, d’améliorer l’accès et de faciliter le partage sécuritaire des données de santé.
  • Avec la hausse des cybermenaces dans le secteur de la santé pendant la pandémie, il est essentiel de renforcer la cybersécurité dans le cadre du passage à une plus grande infrastructure numérique et aux soins virtuels.
  • Le soutien fédéral aux infrastructures de soins de santé est nécessaire pour mettre fin au sacrifice des investissements en capital pour financer les dépenses d’exploitation, un défi qui s’accentuera au fur et à mesure que les besoins en soins de santé de la population croissante et vieillissante du Canada exigeront une réaffectation continue des fonds à la prestation des soins.

Portrait de la situation

Depuis le 1er novembre 2020, le nombre d’attaques contre des organisations de soins de santé a augmenté de plus de 45 % dans le monde, par rapport à une augmentation moyenne de 22 % des attaques dans d’autres secteurs de l’industrie.

Le nombre moyen d’attaques hebdomadaires dans le secteur des soins de santé s’est établi à 626 par organisation en novembre, alors qu’il était de 430 en octobre.

L’Europe centrale est en tête de la liste des régions touchées par le pic d’attaques contre les organisations de soins de santé avec une hausse de 145 % en novembre, suivie par l’Asie de l’Est, qui a subi une augmentation de 137 % et l’Amérique latine, une augmentation de 112 %. L’Europe et l’Amérique du Nord ont connu des augmentations respectives de 67 % et 37 %.

Nombre de cyberattaques hebdomadaires subies par les organisations de soins de santé canadiennes (du 8 juin au 12 juillet 2020)
cybersecurity_FR

Source: Check Point Research

5. Agir maintenant pour moderniser le système de soins de santé du Canada.

L’enjeu

La COVID-19 a mis à jour la fragilité de notre système de soins de santé et a exacerbé les problèmes systémiques de longue date, comme l’accès inadéquat aux services de santé mentale et la nécessité de revoir les soins aux personnes âgées. La pandémie a également montré que tous les ordres de gouvernement peuvent agir rapidement et éviter de se chamailler pour travailler ensemble afin de résoudre des problèmes urgents.

Pourquoi c’est important

  • La pandémie de COVID a aggravé les retards de chirurgie et d’interventions, et il est probable que d’autres répercussions à long terme apparaîtront dans les mois et les années à venir.
  • La performance globale du système de soins de santé du Canada continue d’être à la traîne sur la scène internationale, le pays se classant au 10e rang des 11 pays à revenus élevés dans une étude du Fonds du Commonwealth de 2021.
  • Le Transfert canadien en matière de santé n’a pas suivi le rythme de l’augmentation des coûts des soins de santé causée par l’inflation, la croissance démographique, le vieillissement de la population, l’état de santé de la population et les améliorations du système de santé.
  • Il n’est pas réaliste de penser que les provinces et les territoires peuvent assumer à eux seuls l’augmentation des coûts des soins de santé.

Nos attentes

  • Un financement fédéral supplémentaire et soutenu pour les soins de santé afin de combler les lacunes et de bâtir un système de santé qui répond aux besoins actuels et futurs des Canadiens, surtout dans le contexte du vieillissement de la population.
  • Nous avons besoin d’une action fédérale, avec des engagements clairs de la part des candidats de tous les partis politiques qui se présentent aux élections, sur les mesures qu’ils entendent prendre pour soutenir l’innovation dans notre système de santé afin que le Canada sorte plus fort de la pandémie.
  • Nous avons besoin que le prochain gouvernement fédéral engage un dialogue constructif avec les provinces et les territoires afin que les erreurs des vagues précédentes ne se répètent pas lors de la quatrième vague imminente de la COVID‑19.

Portrait de la situation

Le secteur des soins de santé soutient une économie fondée sur le savoir qui attire les meilleurs talents et les investissements mondiaux et qui contribue à hauteur de 7,8 milliards $ chaque année à notre économie nationale.

Alors que le Canada sort de la pandémie, il est essentiel que nous tirions parti des leçons apprises de la COVID-19 pour bâtir un système de santé plus efficient, efficace et équitable. Le Canada peut sortir plus fort en misant sur nos forces dans les domaines des soins de santé, de la recherche en santé et de l’innovation en santé pour bâtir un système de santé plus inclusif, équitable, vert et résilient.

Le Canada s’enorgueillit de ses découvertes révolutionnaires du passé en matière de soins de santé dont profite le monde entier, mais nous nous reposons sur nos lauriers depuis trop longtemps. Nous avons besoin d’un leadership fédéral et d’une vision nationale qui soutient l’innovation dans les soins de santé pour que tous les Canadiens puissent avoir accès à des soins de santé de grande qualité en temps opportun, à l’endroit et au moment où ils en ont besoin.

Classement des systèmes de soins de santé selon leur performance, 2021
Performance2021_FR

Source: The Commonwealth Fund